Un coeur intelligent d’Alain Finkielkraut – Vu sur Librement Votre

Je vous conseille vivement la lecture d’un billet paru sur le blog Librement Votre. Le sujet de ce billet est le livre d’Alain Finkielkraut intitulé Un Coeur Intelligent. Vous trouverez l’article en cliquant sur ce lien.

VERITAS

Est-ce que vous aimez les mangas de combats ? Ouaaaaaiiiis

Est-ce que vous aimez quand les héros ont la classe et quand les filles ont des attributs que l’on ne voit dans la réalité que dans les films interdits aux petits garçons ? Ouaaaaaiiiiis

Est-ce que vous aimez quand les personnages peuvent envoyer des éclairs et fracasser des murs ? Ouaaaaiiiiis

Alors Veritas est fait pour vous !

veritas

Couverture du 3eme tome

Après cette introduction aussi inutile qu’handicapante pour ma crédibilité, rentrons dans le vif du sujet. Veritas est un manwha (manga coréen) de Kim Dong-hoon et Yoon Joon-shik de type shounen. Il raconte l’histoire de Ma Gangryong, un adolescent qui ne vit que pour se battre afin de devenir le plus fort (le concept bien connu du c’est moi qui ai la plus grosse). L’histoire commence lorsque, en train de se faire tabasser par une bande d’autres étudiants, notre héros est sauvé par un inconnu qui écrase facilement ses agresseurs. Impressionné, Gangryong demande à son sauveur de devenir son maître, et va découvrir un monde ou des techniques comme le « lightning fist » est possible (lightning fist = poing électrique pour ceux qui ne parlent pas la langue de Shakespeare et des Beatles et de Kate Moss même si c’est pas tellement pour ce qu’elle dit qu’on la connaît). Les choses s’accélèrent lorsque, quelques temps après le départ de Lightning Tiger – son maître, des envoyés d’une organisation viennent lui annoncer la mort de son mentor. Il se retrouve emmené – légèrement de force cela va de soi – dans une école spécialisée appelée The Reunion où d’autres élèves apprennent les arts martiaux les plus puissants de Corée. Commence alors son périple pour devenir encore et toujours plus fort, tout en découvrant l’équilibre fragile de l’école, dominée par la toute puissante (et super mignonne en plus) Vera Linus. Aidé par ses amis (enfin en tout cas par ceux qui s’opposent à Vera), il se lance dans sa course à la force dans cet univers où se côtoient des élèves aux pouvoir incroyables…

Veritas

Tome 1 de Veritas

Veritas est mon coup de cœur du moment. Les dessins sont impressionnants, toujours impeccables, avec un style réaliste très poussé. L’histoire est beaucoup plus complexe que l’on pourrait le croire au premier abord, avec des zones d’ombres sur le passé commun des personnages que l’auteur lève habilement, en gardant de la place pour des développements futurs prometteurs (introduction subtile de nouveaux personnages hauts en couleur). Les personnages sont d’ailleurs à mon avis le gros point fort de Veritas. Ils sont nombreux à jouer un rôle important, avec une grosse personnalité, et des motivations aussi diverses que les raisons de boire une bière en été et croyez moi il y en a beaucoup. Quant aux combats, j’en parlerais bien mais rien que d’y penser des larmes de joie inondent mes yeux et mon clavier fort heureusement waterproof, et je préfère vous encourager à aller voir par vous-même.

En plus, et je me répète mais c’est important, on se laisse vraiment emporter dans l’univers Veritas et on aimerait pouvoir lancer des éclairs comme Gangryong – d’ailleurs c’est moi ou en ce moment les héros qui ont la classe utilisent l’électricité ? Lorsqu’on met ensemble Aiolia du Lion (Saint Seiya), Sasuke Uchiha (Naruto) et maintenant Gangryong, on a de quoi mettre un terme aux problèmes énergétiques et illuminer tout Paris en plein hiver ! Mais je m’égare et je vous retiens alors que vous devriez déjà être en route pour lire Veritas…

La Princesse des Glaces de Camilla Läckberg

Couv - LaPrincessedesGlaces - T01

Suite aux conseils d’Antoine Bisiaux de Jump & Slam, je me suis lancé dans la lecture d’un autre auteur suédois, Camilla Läckberg. En effet, son dernier tome venant de sortir, je me suis dit « Pourquoi pas?! ». J’ai donc commencé par son premier tome, La Princesse des Glaces, sorti le 29 avril 2008. Et bien m’en a pris! Pour info, ce premier tome a reçu en 2008, le Grand prix de littérature policière dans la catégorie Prix polar international. Mais sans plus attendre, passons à notre petite fiche d’identité :

Titre : La Princesse des Glaces

Date de sortie : Avril 2008

Auteur : Camilla Läckberg

Synopsis :

Erica Falck, trente-cinq ans, auteur de biographies installée dans une petite ville paisible de la côte ouest suédoise, découvre le cadavre aux poignets tailladés d’une amie d’enfance, Alexandra Wijkner, nue dans une baignoire d’eau gelée. Impliquée malgré elle dans l’enquête (à moins qu’une certaine tendance naturelle à fouiller la vie des autres ne soit ici à l’œuvre), Erica se convainc très vite qu’il ne s’agit pas d’un suicide. Sur ce point – et sur beaucoup d’autres -, l’inspecteur Patrik Hedström, amoureux transi, la rejoint. A la conquête de la vérité, stimulée par un amour naissant, Erica, enquêtrice au foyer façon Desperate Housewives, plonge clans les strates d’une petite société provinciale qu’elle croyait bien connaître et découvre ses secrets, d’autant plus sombres que sera bientôt trouvé le corps d’un peintre clochard – autre mise en scène de suicide. Au-delà d’une maîtrise évidente des règles de l’enquête et de ses rebondissements, Camilla Läckberg sait à merveille croquer des personnages complexes et – tout à fait dans la ligne de créateurs comme Simenon ou Chabrol – disséquer une petite communauté dont la surface tranquille cache des eaux bien plus troubles qu’on ne le pense.

T01-LaPrincessedesGlaces

Vous qui suivez ce blog, je suis certain que la mention « autre auteur suédois » plus haut a attiré votre attention. Je mettrais presque ma main à couper, que vous vous êtes dit « Est-ce que c’est mieux que Stieg Larsson ou pas ? ». Tuons le suspens dès maintenant. Ce n’est pas mieux que Stieg Larsson, ce n’est pas moins bien, c’est différent. On ne peut pas comparer, à mon sens, l’intrigue qu’il peut y avoir dans Millénium et celle de La Princesse des Glaces. C’est comme comparer des choux et des carottes. Quand bien même ce sont deux auteurs suédois, dont les intrigues sont policières, avec meurtres et préméditations, avec un duo mixte, dont l’intrigue se déroule dans un petit village suédois en campagne, ils sont différents. La Princesse des Glaces est pour moi une intrigue plus proche de la réalité que ne pourrait l’être celle de Millénium. Plus proche de ce que chacun d’entre nous pourrait vivre (sauf si vous êtes un espion de haut vol).

Pour commencer, je ne vois pas du tout pourquoi l’héroïne de ce livre est qualifiée de Desperate Housewives. Elle n’a rien à voir avec la série du même nom, de près ou de loin. Camilla Läckberg nous offre une intrigue à première vue facile, mais qui au fil des pages va devenir de plus en plus sombre, impalpable jusqu’à devenir choquante. L’intrigue est très bien ficelée, avec régulièrement, des pages en italique, qui viennent un peu couper le récit et qui nous offre, petit à petit, une meilleure vue sur la psychologie d’un personnage. Une histoire longue, contemporaine, et facile à lire, qui donne tout son effet. Somme toutes, un très bon roman, qui se laisse lire. Ce n’est pas pour rien qu’il a été récompensé en 2008, par le Grand Prix de littérature policière.

Seul petit bémol, mais qui n’est pas à mettre au débit de Camilla Läckberg, la traduction. Cela se passe de commentaires (passages choisis) :

p.146 : « Il s’installa sur la dure banquette de cuisine après que toutes ses propositions d’aide avaient été rudement éconduites. »
p.176 « Il se sentit un peu plus léger au niveau du ventre une fois qu’il eut rabroué ce jeune vaurien. »
p.183 « (…) la fumée montait vers Max qui cligna irrité des yeux. »
p.208 « Ils vont se charger de te volatiliser une bonne partie de ta fortune, tu verras ! »
p.271 : « Jan contempla son cigare d’un air joussif. » (NDLR : Il pense à quoi ?!)
p.277 : »(…) il secoua sa chemise en tirant dessus pour essayer de s’éventer. »
p.323 : « Il ne pouvait même pas attribuer toute la responsabilité de ce choix sur Birgit. »

Sourcellerie de Terry Pratchett

TP-T05

Titre : Sourcellerie
Titre Orignal : Sourcery
Epopée : Le Disque-Monde
Auteur : Terry Pratchett
Traduit de l’anglais par : Patrick Couton
Genre : Fantasy
Date de Parution : 1988 (en anglais) 1995 (en français)

Synopsis :

La magie, c’est de la bouillie pour les chats. Car voici la sourcellerie, la puissance thaumaturgique de l’Aube des Temps ! Elle pénètre le Disque-Monde par l’entremise du huitième fils d’un mage (défroqué, oui !). Disons-le tout net : casse-cou. Une fois de plus, faudra-t-il compter sur l’ineffable Rincevent pour sauver les meubles ? Il est vrai que l’homme a plus d’un tour dans son sac percé. Il dispose aussi d’une équipe de choc, où vous retrouverez le mystérieux et pusillanime Bagage tellement humain ! – et le subtil bibliothécaire de l’université des mages tellement simiesque ! Avec, pour la première fois dans un livre, Nijel le Destructeur, jeune héros par correspondance, et Conina, la fille du plus célèbre Barbare, par qui tombent les coeurs et les coups. Et, en prime, un séjour inoubliable dans la cité d’Al Khali, sous la houlette du Sériph Créosote.

CouvTP-T05

Si vous lisez ce blog, vous devez savoir que dans l’univers de Terry Pratchett, il existe deux moyens pour devenir mage. Soit on fait des études, longues et difficiles pour devenir mage, soit on nait huitième fils (ou fille) d’une huitième fils. Une des règles d’or du mage est de ne pas se marier. La raison ? Personne ne s’en rappelle vraiment. Quelque chose à propos de la concentration magique ou du fait que les femmes sont une source de distraction non propice à l’étude de la magie.

Mais que se passe-t-il lorsqu’un mage un peu rebelle, fier de son pouvoir et qui décide de s’élever contre le système, prend la fuite pour se marier ? Que se passe-t-il quand ce même mage décide d’avoir une descendance ? Que se passe-t-il quand, ce huitième fils d’un huitième fils a lui-même un huitième fils ? Ahhh, mais bien sur !! C’est pour cette raison que les mages ne peuvent se marier! Le huitième fils d’un huitième fils d’un huitième fils n’est autre qu’un mage au carré, aussi appelé sourcellier. Ce sourcellier est doté de pouvoirs magiques dépassant l’entendement. Il y a fort longtemps, eurent lieux les guerres thaumaturgiques. Ces guerres magiques ont eu de graves conséquences sur le Disque-Monde et c’est pourquoi les mages ont décidé qu’il était trop dangereux pour que d’autres mages aient une progéniture. Seulement voilà. Ipsolore le Rouge a décidé qu’il aurait ce huitième fils et qu’il montrerait à tout ces mages grasouillets de l’Université Invisible ce qu’est la magie. C’était sans compter sur l’intervention du plus grand MAJE de l’Université Invisible, j’ai nommé Rincevent.

Un nouveau tome détonnant et qui nous en apprend encore plus sur le monde des mages et de l’Université Invisible. Et bien entendu, on retrouve notre guest star en fil rouge, j’ai nommé LA MORT. Un livre à lire d’urgence.

Millenium – La Reine dans le palais des courants d’air

Couv-Millenium-T03

NDLR : Avant de lire cet article, je vous conseille de lire Millénium – Les hommes qui n’aimaient pas les femmes et Millenium – La Fille qui rêvait d’un bidon d’essence et d’une allumette.

Et voilà. Nous voilà déjà au dernier tome des aventures de Mickael Blomkvist et Lisbeth Salander. Avant de continuer plus avant cet article sur le troisième tome, je dois dire que cette trilogie a été plus que surprenante. Je me suis complètement laissé immerger dans cet univers dans lequel nous fait évoluer Stieg Larsson. D’un point de vue général, j’ai adoré cette trilogie et je vous la recommande vivement. Passons à la petite fiche d’identité :

Titre : La Reine dans le palais des courants d’air

Date de sortie : Septembre 2007

Auteur : Stieg Larsson

Synopsis :

Coincée dans une chambre d’hôpital sous bonne garde policière, Lisbeth est l’enjeu du combat décisif entre Mikael et les forces du bien d’une part, la Säpo et toutes les aberrations d’un système d’autre part. Coincée, oui, inactive, peut-être pas… Le troisième et dernier volet de l’irrésistible série Millenium qui a imposé la nouvelle collection Actes Noirs va encore donner aux lecteurs ses doses de frissons et giclées d’adrénaline !

T03-Millenium

Autant vous le dire tout de suite, j’ai été frustré par la fin du second tome. Pour moi, à ce moment, le second tome prenait toute son ampleur et paf le chien, Stieg Larsson nous arrache cette rencontre, ce moment d’intimité entre nos deux héros. Le moment qu’on attend dans tout le livre, celui où Super Blomkvist (aka Mickael Blomkvist) retrouve WASP (aka Lisbeth Salander). Du coup, avant de commencer le dernier tome, je me disais qu’on n’aurait jamais les détails de ce qui se passerait ensuite, et qu’on partirait sur une nouvelle aventure de nos compères réconciliés (?). J’avais tort. Je pensais qu’une nouvelle aventure allait commencer, qu’une nouvelle pourriture tomberait dans la ligne de mire de Millenium. J’avais à moitié tort. Très chers amis, il n’en est rien. Le tome III n’est pas une nouvelle aventure de Melle Salander. Le tome III n’est pas la chute d’une grande ponte de la vie suédoise ou mondiale. Non, non, non… Le tome III n’est autre que la suite du tome II, la suite directe, sans cassure temporel, comme si les deux tomes n’en formait qu’un seul mais très long. Et le sujet n’est plus le trafic de femmes de pays de l’Est, ni celui d’armes et de quelconque marchandise. Le sujet n’est autre que la SAPO, la police secrète suédoise. Et plus précisément, une unité secrète de la police secrète (plus obscur tu meurs).

C’est à la fois une bonne et une mauvaise nouvelle. Une mauvaise car du coup, pas de nouvelles histoires, une nouvelle intrigue et de nouveaux méchants. Moi qui avait fait mon deuil de ne pas connaître la fin, je suis resté figé sur les premières lignes. Et bien entendu, c’est une bonne nouvelle car du coup, on va pouvoir savoir ce qu’il va se passer. On va pouvoir connaître la fin, celle qu’on attendait après la lecture du second tome et que Stieg Larsson a jugé bon de nous livrer en bonne et due forme, sans précipitation, et avec tout le soin qu’on peut donner à un grand final.

Ce tome, est le tome des révélations, du dénouement des énigmes, de l’explication de chaque question, chaque geste, chaque fait resté sans réponse. Malheureusement, on voit arriver chaque action, chaque moment clé à des kilomètres. On devine ce qui va se passer et il y a beaucoup moins de suspens, de surprises que dans les deux tomes précédents. En même temps, il faut bien avoir les réponses à un moment, et Stieg Larsson a décidé de toutes nous les donner dans ce dernier tome. On a presque envie de dire heureusement, étant donné qu’il est décédé quelques temps après avoir rendu ce manuscrit. Un coup de chance pour nous lecteurs.

En conclusion, un dernier tome qui conclut en beauté la saga de Millénium. Ce n’est surement pas le meilleur des trois, mais c’est celui qui contient toutes les réponses aux nombreuses questions des deux tomes précédents.

Mortimer de Terry Pratchett

TP-T04

Titre : Mortimer
Titre Original : Mort
Epopée : Le Disque-Monde
Auteur : Terry Pratchett
Traduit de l’anglais par : Patrick Couton
Genre : Fantasy
Date de Parution : 1987 (en anglais) 1994 (en français)

Synopsis :

Mortimer court à travers champs, agitant les bras et criant comme une truie qu’on égorge. Et non. Même les oiseaux n’y croient pas, Il a du coeur, fait son père adossé contre un muret, Dame, c’est le reste qui lui manque, répond l’oncle Hamesh.
Mais à la foire à l’embauche, la Mort le remarque et l’emporte sur son cheval Bigadin. Il faut la comprendre : elle a décidé de faire la vie; avec un bon commis, elle pourrait partager le travail quotidien, ce qui lui laisserait des loisirs.
Un grand destin attend donc Mortimer. Mais… est-ce bien raisonnable ?
Un scénario qui décoiffe, une distribution Prestigieuse et… Peut-être… une apparition exceptionnelle de l’illustre Rincevent.

CouvTP-T04

Comme je vous l’avais expliqué dans l’article sur la série du Disque-Monde, il est toujours question du même univers. Et pour le moment, les trois premiers tomes n’ont eu qu’un seul personnage récurrent… Un indice ? VOUS ETES SUR D’EN VOULOIR UN ? Non, non je ne crie pas sur vous, mais c’est bien de cette manière que La Mort parle. Il s’adresse (eh oui il est de sexe masculin) aux âmes qu’il récolte et aux mages ainsi. Donc, disais-je, La Mort est le seul personnage à ne pas avoir eu d’histoire propre, alors même qu’il est un personnage qui apparaitra dans la quasi-totalite des tomes. C’est donc chose faite avec Mortimer, quatrième tome de la saga du Disque-Monde.

Encore un roman étonnant et pleins de surprises. De nouveaux personnages font leur apparition, et cette histoire nous permet de connaitre un peu plus le personnage de La Mort. Personnage étonnant en effet, qui de prime abord ne semble pas capable de comprendre les émotions humaines (un squelette n’est pas pourvu de tout le réseau de glandes que l’humain moyen possède). Et la où Terry Pratchett nous surprend encore plus qu’à l’habitude c’est sa façon qu’il a de jouer avec le personnage. Je ne parle pas de l’attitude chevaleresque de Mortimer, ni des risques que Malik, le plus grand mage de l’histoire du Disque-Monde et fondateur de l’Universite Invisible, prend en retournant dans le monde des vivants, ni d’Ysabell, fille de La Mort (oui oui, il a une fille), qui ferait tout par amour pour l’apprenti de son père, mais bien de l’attitude de la mort elle-même, pardon, de La Mort lui-même. Il le ferait presque passer pour quelqu’un d’humain (imaginez La Mort en cuistot…).

En conclusion, Terry Pratchett signe, une nouvelle fois un très bon livre, plein de fantasy et d’originalité. Un livre que je vous conseille pour passer un bon moment.

Millenium – La Fille qui rêvait d’un bidon d’essence et d’une allumette

Couv-Millenium-T02

NDLR I : Non, non!! Le blog n’est pas mort, mais j’ai beaucoup de choses à faire et je n’ai pas eu le temps de me consacrer à ce projet à plein temps. Rassurez-vous, me revoilà, des livres pleins la tête, dont je n’ai qu’une hâte, les partager avec vous.

NDLR II : Petite précision pour ceux qui n’auraient pas lu le tome I. La suite de cet article peut contenir des éléments qui dévoilent une partie de l’intrigue du Tome I.

Comme promis (voir l’article sur le Tome I de Millénium), je suis allé directement acheter les deux derniers tomes de Millénium et je me suis attelé à la rude mais plaisante tâche de lecture. Commençons par notre petite fiche d’identité :

Titre : Millénium II – La Fille qui rêvait d’un bidon d’essence et d’une allumette

Date de sortie : Octobre 2006

Auteur : Stieg Larsson

Synopsis :

Tandis que Lisbeth Salander coule des journées supposées tranquilles aux Caraïbes, Mikael Blomkvist, réhabilité, victorieux, est prêt à lancer un numéro spécial de Millénium sur un thème brûlant pour des gens haut placés : une sombre histoire de prostituées exportées des pays de l’Est. Mikael aimerait surtout revoir Lisbeth. Il la retrouve sur son chemin, mais pas vraiment comme prévu : un soir, dans une rue de Stockholm, il la voit échapper de peu à une agression manifestement très planifiée.
Enquêter sur des sujets qui fâchent mafieux et politiciens n’est pas ce qu’on souhaite à de jeunes journalistes amoureux de la vie. Deux meurtres se succèdent, les victimes enquêtaient pour Millénium.
Pire que tout, la police et les médias vont bientôt traquer Lisbeth, coupable toute désignée et qu’on a vite fait de qualifier de tueuse en série au passé psychologique lourdement chargé.
Mais qui était cette gamine attachée sur un lit, exposée aux caprices d’un maniaque et qui survivait en rêvant d’un bidon d’essence et d’une allumette ?
S’agissait-il d’une des filles des pays de l’Est, y a-t-il une hypothèse plus compliquée encore ? C’est dans cet univers à cent à l’heure que nous embarque Stieg Larsson qui signe avec ce deuxième volume de la trilogie Millénium un thriller au rythme affolant.

T02-Millenium

Encore sous le choc du Tome I, j’ai attaqué ce nouveau tome, cette nouvelle histoire, avec encore plus d’impatience que le premier. Si je ne savais pas du tout à quoi m’attendre en lisant le Tome I, j’attendais beaucoup du Tome II. Et je n’ai pas été déçu!! Nouvel intrigue, nouvelle histoire, même univers et même relations extraconjugales… et même plus! Si je devais définir le Tome II, je dirais qu’il raconte l’histoire de Lisbeth Salander. On rentre dans la complexité de sa vie, son passé et on découvre ce qu’est Tout Le Mal. Thriller passionnant, pleins de rebondissements et d’actions, Stieg Larsson met la barre encore plus haut. Encore une fois, l’histoire est longue (653 pages) et pourtant… est-ce vraiment si long ?

Pour ma part, je ne les ai pas senties passer. Impossible de lâcher la lecture… Juste quelques pages encore et après je vais dormir… Et on se réveille, le livre sur le nez, la lumière encore allumée, car on s’est assoupi en lisant. Stieg Larsson met dans ce tome-ci (qui est à mon avis le meilleur des deux), une tension et une densité qui donne une force de caractère à son livre. Cette fois, il n’a plus besoin de nous présenter les personnages, et il se lance alors dans la description d’une Suède méconnaissable de prime abord. Cette Suède violente, inquiètante et troublante, dans laquelle espions, tueurs, pervers se mêlent et se retrouvent.

Et c’est là que cela nous frappe !! Ces longues scènes de présentation des personnages dans le Tome I prennent tout leur sens dans ce tome. Ces détails sur la vie de nos deux protagonistes (Blomkvist et Salander) reviennent ici en premier plan et font partie des clés de l’intrigue, et loin de nous laisser rêveur, nous emmènent dans une sombre histoire, où plusieurs enquêtes sont menées en parallèle et où les deux protagonistes, ne se croisent que pour conclure le tome. On pourrait même penser que le Tome I n’était qu’une présentation, une introduction au Tome II.

Pour conclure, un tome au-delà de mes attentes les plus folles, une histoire prenante, envoutante presque. Mais, car il y a toujours un mais, une fin brutale, innatendue, et on presque envie de crier à Stieg Larsson « ET LA SUITE ?? IL SE PASSE QUOI LA ?? » .